La ville des parfums. C'est ainsi que Grasse est connue dans toute la France, et au delà. Depuis le XVIème siècle se trouvent en effet ici des fabriquants d'essences qui servent aux plus grandes marques pour confectionner leurs parfums.

Perchée sur les hauteurs et en retrait du littoral Grasse offre de jolies vues sur la Côte Cannoise et Mougins. Elle permet une villégiature bien desservie par les transports en commun (ligne de bus 500 vers Nice, trains directs vers Cannes et Nice) et en retrait de l'agitation de la Côte. Cliquez ici pour trouver une chambre à Grasse ou au moins avoir une idée des prix et des disponibilités.

La ville n'a pas toujours bonne réputation parmi les Niçois. On dit qu'elle est plus ou moins bien famée. C'est vrai de certains quartiers, mais pas de l'ensemble de la ville et l'on pourrait dire la même chose de Nice et de la plupart des villes de France.

Pas de monuments exceptionnels à Grasse. Le centre est ancien. Vous y viendrez surement pour visiter soit le musée de la Parfumerie, soit les ateliers de l'une des distilleries qui accueillent gratuitement les visiteurs en n'oubliant pas, avant qu'ils quittent les lieux, de les faire passer par la boutique où ils pourront acheter des essences, savons, parfums et autres souvenirs. (Fragonard, Molinard...)

L'office du tourisme de Grasse vous donnera des indications sur les manifestations culturelles prévues pendant votre séjour.

Le vol de l'Aigle

Grasse se trouve sur la Route Napoléon. C'est ici, à son retour de l'ile d'Elbe que l'Empereur va découvrir que la route qui traverse les Alpes de Grasse à Sisteron dont il a commandé la réfection n'a jamais été aménagée. Il lui faut donc choisir : passer malgré tout par les montagnes sur des chemins à peine praticables et les cols, ou faire un grand détour par la vallée du Rhône en s'exposant à l'hostilité de certains Provencaux.

On sait qu'il a choisi de passer par les montagnes. Il faudra abandonner les voitures.

Si vous voulez suivre les traces de Napoléon dans Grasse, voici quelques points par lesquels il est passé. Evidemment, les lieux ont bien changé depuis.

Ce 2 mars 1815 Napoléon a passé la nuit à Cannes. L'avant garde commandée par Cambronne stationne à Grasse place de la Foux, hors des murailles de la ville. Napoléon arrive par la montée de Ste Lorette et l'actuelle avenue Sidi Brahim. Puis il contourne les remparts par le "jeu de ballon" où se trouve aujourd'hui le boulevard éponyme avant d'arriver place de la Foux. De là il se rend à l'Hotel du Dauphin, au 27 de la place aux Aires où il réunit son Etat Major pour décider de la route à suivre. La décision prise, il monte par le chemin des Carrières et l'ancienne route de Cabris vers le plateau de Roquevignon, aujourd'hui plateau Napoléon, où l'on attend les retardataires et où l'on mange une soupe avant d'attaquer la montagne. Napoléon se remet en marche vers 14h, direction St Vallier de Thiey où se trouve l'une des seules, sinon la seule portion véritable de la Route Napoléon.